Marie-Christine GAUX - Consultante en gestion de stress spécialisée en kinésiologie

L'INTERET D'ETUDIER SON ARBRE GENEALOGIQUE
  

La psychogénéalogie, appelée aussi analyse transgénérationnelle
est une théorie développée dans les années 1970 par Anne Ancelin Schützenberger, Professeur en psychologie,  selon laquelle les événements, traumatismes, secrets, conflits vécus par les ascendants d'un individu conditionneraient ses faiblesses, ses troubles psychologiques, ses maladies, 
voire ses comportements étranges ou inexplicables.
 
Elle se fonde sur ses observations cliniques pour élaborer sa théorie, avec des concepts issus de la psychologie, de la psychanalyse et de la psychothérapie.
Selon elle, nous ne sommes pas si libres que nous pensons, c’est comme si nous étions dans une toile d’araignée. C’est comme si, à notre insu, nous étions pris dans un jeu de fidélité familiale inconsciente, comme si nous réparions inconsciemment la vie de nos ancêtres par reproduction ou par évitement de certains de leurs contextes de vie.
 
Ce sujet a dépuis été revisité par de nombreux auteurs et dans de multiples directions.
 
L’étude de notre génosociogramme va nous permettre d’essayer de comprendre
les mécanismes de transmissions qui sont en action dans les différents contextes de l’expérience familiale : amour, amitié, relations entre frères et sœurs, relations parents-enfants, argent, santé, carrière, longévité, fécondité...
 
Comprendre par exemple :
  • pourquoi à une date anniversaire, des évènements se reproduisent de génération en génération
  • pourquoi quand j’ai le même âge que celui où l’aïeul est décédé prématurément, je me trouve en prise avec des angoisses inexpliquées,
  • pourquoi j’ai l’impression de ne pas vivre ma vie et de ne pas me donner le droit au bonheur quand ma date de naissance correspond à la date de décès de mon frère décédé juste avant moi
  • pourquoi……
 
La prise de conscience de ces schémas répétitifs, peut nous permettre de donner un nouveau sens à notre expérience. Il ne s’agit pas de se libérer du poids de nos ancêtres, mais de le guérir en nous, car il est vivant ici et maintenant, comme un axe autour duquel notre vie s’est construite. C’est comme une invitation, non pas à s’émanciper de ses ascendants, mais à guérir la famille à laquelle nous appartenons, à la conduire en même temps que nous à son épanouissement et sa pleine réalisation.
Cette liberté à laquelle nous aspirons, nous pouvons la conquérir en sortant du destin familial pour être soi. Nous pouvons aussi être conscients des forces et des talents qui nous ont été transmis et qui font notre richesse.
 
Nous pouvons du coup réfléchir à la fragilité de l’existence humaine et à la nécessité de remercier chaque jour au réveil d'être en vie, d’honorer cette vie que nos ancêtres nous ont transmise, de cultiver le bonheur pour soi-même, pour toute notre famille et donc pour toutes nos relations et dans un contexte plus large pour l’humanité toute entière. Ce travail psychogénéalogique peut ainsi prendre une toute autre dimension.